« Un éléphant ça trompe énormément » : le jour où Jean Rochefort a demandé pardon à Anny Duperey

En hommage à Jean Rochefort qui s’est éteint à 87 ans, la nuit du dimanche au lundi 9 octobre, France 2 diffuse Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis, deux comédies signées Yves Robert. Dans la première, l’acteur tombait sous le charme d’une sculpturale brune aux yeux bleus, Anny Duperey. L’actrice et écrivaine se souvient…

C’était dans les années soixante-dix. Jean Rochefort qui vient de disparaître à l’âge de 87 ans, allait donner la réplique à une jeune femme à la beauté époustouflante, Anny Duperey. L’actrice qui venait de tourner avec Yves Robert et Pierre RichardLes malheurs d’Alfred était au théâtre quand les deux compères sont venus lui proposer une comédie.

Click Here: Kenzo Women’s New Collection

« Il n’y avait pas de casting à l’époque, se souvient Anny Duperey, les réalisateurs venaient voir les acteurs au théâtre. Ils ont déboulé tous les deux dans ma loge, et m’ont déposé le scénario d’Un éléphant ça trompe énormément en me disant : « On sait que ce n’est pas ce que tu cherches parce que tu traques le contre-emploi pour essayer de diversifier un peu ton image, mais, manque de pot, on te propose exactement l’inverse!”. »

A l’époque, Jean Rochefort n’était pas plus connu que Victor Lanoux, Claude Brasseur ou Guy Bedos. Anny Duperey se souvient d’un homme déjà très drôle, plus charmeur que séducteur. Elle le retrouvera quelques années plus tard, pour un téléfilm, une adaptation de La seconde de Colette, par Christopher Frank, une histoire dans laquelle deux femmes sont amoureuse d’un même homme, un auteur à succès.

« J’avais suggéré Jean-Pierre Marielle avec qui je venais de tourner pour le rôle », raconte Anny Duperey. La réponse de Marielle : « Anny, ce n’est pas possible ! Qu’une femme soit amoureuse de moi c’est déjà tout à fait improbable, mais deux, on tombe dans le ridicule total ! Je ne peux pas, je serais horriblement gêné ! Mais tu devrais le proposer à Jean Rochefort, parce que lui, il y en aurait trente à genoux devant lui, il trouverait ça tout à fait normal ! » Voilà comment Jean et Anny ont partagé l’écran pour la seconde fois.

Et puis un jour, il y a quelques années, Anny Duperey reçoit un appel de Jean Rochefort. « Il m’appelait pour me demander pardon, confie l’actrice. Il avait dit à un journaliste qui lui demandait pourquoi, selon lui, je n’avais pas fait une carrière internationale, que c’était parce que je me fringuais trop mal et avait peur que ce soit rapporté -ça l’a d’ailleurs été ! » “Le comble, ajoute-t-elle, c’est que je l’ai entendu, un peu plus tard, dans l’émission C à vous, raconter qu’un con de comédien lui avait dit exactement la même chose à l’époque du Conservatoire, qu’il ne réussirait pas car il s’habillait trop mal ! Ça m’a bien fait rire. »

Crédit photo : Sipa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *