Shopping ciné : La Quinzaine des Réalisateurs – Les jeunes années 1967 – 1975 par Bruno Icher

Retour sur les jeunes années de la Quinzaine des Réalisateurs dans un livre qui vient de paraître aux éditions Riveneuve. Bruno Icher, accompagné des illustrations de Benoît Grimalt, raconte l’histoire de la sélection parallèle cannoise, de 67 à 75.

1. Quinzaine des Réalisateurs, les jeunes années, par Bruno Icher
+

Retour sur les jeunes années de la Quinzaine des Réalisateurs dans un livre qui vient de paraître aux éditions Riveneuve. Bruno Icher, accompagné des illustrations de Benoît Grimalt, raconte l’histoire de la sélection parallèle cannoise, de 67 à 75.
Lire la suite

© Riveneuve Editions

Cannes est une mini-jungle, confortable et divertissante, mais féroce, où chaque section, chaque film, tente d’attirer la lumière. Pourvu que ça dure, disent les festivaliers, ainsi qu’il est convenu d’appeler les producteurs, distributeurs, journalistes et autres professionnels de la profession, dont bien peu, même les plus chevronnés, sont en mesure de déterminer précisément les origines de la Quinzaine“, écrit Bruno Icher, journaliste, ancien chef du service culture à Libération et rédacteur en chef de Télérama, et auteur de Quinzaine des réalisateurs, les jeunes années 1967 – 1975, qui vient de paraître aux éditions Riveneuve.

Fort de ce constat, et afin de commémorer le 50e anniversaire de cette section parallèle du Festival de Cannes, ce livre illustré par les dessins humoristiques de Benoît Grimalt nous invite à replonger dans l’histoire de cette section initialement appelée “Cinéma en liberté”, née le 9 mai 1969, “lendemain de l’ouverture du 22e Festival de Cannes dont le jury était présidé par Luchino Visconti.”

Comme le rappelle la SRF (Société des réalisateurs de films) dans la préface, “ce n’est pas seulement par provocation à l’encontre de la Sélection officielle jugée trop bourgeoise et académique (que la SRF fonda la Quinzaine), mais dans un désir de grande fête anarchique où l’internationale du cinéma révolutionnaire et d’avant-garde serait conviée, sans restriction aucune.” On plonge avec plaisir dans la période qui a précédé les fondements de cette section, et ses premières années de 1967 à 1975, en découvrant les nombreux témoignages de ceux qui ont fait la Quinzaine, à commencer par Pierre-Henri Deleau, délégué général pendant les 30 premières années de la section. Le livre revient notamment en détails sur l’affaire Henri Langlois, le Festival de Cannes sur fond de mouvement de mai 68 ou encore la création de la SRF. Au-delà de la Quinzaine des réalisateurs, c’est donc tout un pan de l’histoire du cinéma français qui est abordé dans ce livre.

Une exposition pour s’immerger dans les 4 premières années de la Quinzaine est prévue à Cannes, au Suquet des Artistes, du 4 au 25 mai, avec “des textes, des photos, des vidéos, des affiches, des extraits de films et des témoignages sonores”. Cette création sonore sera disponible en deux versions : une version longue pour l’exposition au Suquet des Artistes, et une version courte à découvrir au Théâtre Croisette à Cannes le 14 mai à l’occasion d’une séance anniversaire de la Quinzaine.

Par ailleurs, une séance de signature du livre aura lieu le samedi 31 mars 2018, à partir de 15h, à la Cinémathèque française, dans le cadre de la rétrospective de l’édition 1969 de la Quinzaine des Réalisateurs.

>>> La Quinzaine des Réalisateurs – Les jeunes années 1967 – 1975 par Bruno Icher, illustré par Benoît Grimalt, publié chez Riveneuve Editions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *