Mieux informer sur la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique

L’Association François Aupetit (AFA) a lancé une nouvelle campagne de communication pour mieux informer sur les Maladies Inflammatoires Chroniques Intestinales (MICI), regroupant maladie de Crohn et recto-colite hémorragique. Son slogan “la souffrance sous silence“ appelle à briser le tabou dont les malades de MICI souffre.

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales sont particulièrement méconnues. Si certains d’entre nous connaissent leur dénomination, très peu pourraient en citer les symptômes. Pourtant, elles touchent 200 000 Français et 14 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour.L’incidence de ces maladies continue de croître et il n’existe actuellement aucun moyen d’en guérir. De plus, les cas sont diagnostiqués de plus en plus jeune. “Face à ce fléau, il était indispensable d’alerter le grand public sur l’urgence de la situation“ indique Chantal Dufresne, présidente de l’Association François Aupetit (AFA). Aussi, l’AFA a lancé sa nouvelle campagne “la souffrance sous silence“, dans le but de susciter l’intérêt du grand public sur les souffrances physiques et morales liées à ces pathologies.

La maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique sont caractérisées par une inflammation d’une partie de la paroi du tube digestif. Elles se manifestent en alternant des phases d’activité (ou poussées) et des phases de rémission. Pendant ces poussées, les personnes atteintes ressentent des douleurs terribles au ventre, une envie récurrente d’aller aux toilettes sans retenue possible, un manque d’appétit accompagné d’une perte de poids et une fatigue extrême.Ces symptômes tabous plongent les malades dans la honte et la peur du regard des autres. Chantal Dufresne souligne “la volonté de lever le voile sur le poids du handicap, médical et social des MICI, vécu trop souvent dans le plus grand secret par les malades“.L’association, créée en 1982 par une mère dont le fils était atteint de la maladie de Crohn, s’est fixée plusieurs objectifs. Outre le soutien à la recherche contre les MICI, elle veut améliorer l’information sur ces troubles auprès du grand public, des malades et des professionnels de santé et l’accompagnement des malades et de leurs proches.Frédéric TronelSource : Communiqué de presse de l’AFA du 21 Avril 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *