Journée mondiale contre le cancer, le 4 février 2007

C’est une statistique étonnante, 43 % des cas de cancers pourraient être prévenus grâce à des comportements sains dans la vie de tous les jours adoptés dès l’enfance. La Campagne mondiale contre le cancer « Les enfants d’aujourd’hui, le monde de demain » souligne cette possibilité de prévention en transmettant les connaissances sur les comportements sains.
A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, l’Union Internationale Contre le Cancer (UICC) lance cette campagne qui véhicule un message élémentaire, destiné aux parents, professionnels de la santé et décideurs politiques : encourager un comportement sain dès l’enfance peut permettre de prévenir les cancers dans le futur. (campagne.uicc.org )
Click Here: New Zealand rugby store
Les quatre messages-clé de la Campagne mondiale contre le cancer sont :
– Offrez à vos enfants un environnement sans tabac (“pas de tabac à la maison“) ;
– Mangez de façon équilibrée, faites de l’exercice régulièrement, évitez l’obésité ;
– Informez-vous sur les vaccins contre les virus responsables des cancers du foie et du col de l’utérus ;
– Evitez une exposition excessive au soleil.
Chaque année, plus de 7 millions de personnes meurent du cancer et environ 11 millions de nouveaux cas sont diagnostiqués dans le monde. En 2006 le cancer a causé plus de morts que le SIDA, la malaria et la tuberculose réunis. « Le cancer atteint toutes les couches de la population dans tous les pays. La bonne nouvelle est que le cancer peut, dans la plupart des cas, être prévenu, » dit Isabel Mortara, Directrice générale de l’UICC. « Les premiers pas vers la prévention sont l’éducation et l’action. Il est nécessaire de commencer par les enfants ».
L’ancienne Première Dame des Etats-Unis, Barbara Bush, Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma du Maroc, le Président nigérian Olusegun Obasanjo, et la championne de tennis Steffi Graf font partie de ceux qui prêtent leur voix à la Campagne mondiale contre le cancer avec des encouragements pour ceux qui sont affectés. Source : Communiqué de l’European School of Oncology du 31 janvier 2007

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *