Jean Reno: « Luc Besson est un frangin et un ennemi affectif »

L’amitié d’une vie. Lors d’une récente interview accordée à France Inter, Jean Reno est revenu sur le lien fort qui l’unit à Luc Besson. Depuis plus de trente ans, l’acteur et le réalisateur sont inséparables.

« C’est une histoire d’amour, un choc affectif et aussi professionnel. » Invité par Nagui dans La Bande Originale sur France Inter ce mercredi 29 juin, Jean Reno s’est épanché sur son amitié avec Luc Besson. Le cinéaste lui a offert certains de ses plus beaux rôles – notamment dans Nikita et Léon. Leur première collaboration remonte a plus de trente ans, avec Le Dernier Combat en 1983.

« C’est un frangin et un ennemi affectif, explique Jean Reno à propos de Luc Besson. Car il enfonce des pointes là où ça fait mal pour vous piquer dans le travail et dans l’amitié. » Le cinéaste, qui travaille actuellement sur son projet Valerian, entretient une amitié basée sur le respect avec l’acteur. “On connait tout l’un de l’autre. Luc il faut le laisser tranquille, c’est un loup solitaire. Donc il ne faut pas être un poids sur les épaules de son ami. Pour Luc, il faut le laisser, il faut lui laisser son rythme. C’est le contraire de Johnny Hallyday. Souvent, c’est Luc Besson qui vient vers moi.”

Après le relatif échec des Visiteurs 3, Jean Reno espère-t-il qu’une fois de plus Luc Besson reviendra le chercher, pour un nouveau film à succès ? Pourquoi pas : le réalisateur a réussi son pari avec le film Lucy, et rien ne semble désormais pouvoir le priver de succès à chaque sortie d’un long-métrage.

Crédits photos : Pascal POTIER / VISUAL Press Agency

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *